A la fin des années 1990, l’Italie est confrontée à la sordide affaire des diables de Basse-Modène. Seize enfants sont retirés de leur famille. Leurs parents sont accusés de les avoir livrés à un réseau pédophile et sataniste.

CANAL+ diffuse actuellement une longue rétrospective (documentaire en cinq parties de 50 minutes) sur cette affaire, qui rappelle celle de Outreau en France, avec les mêmes polémiques et brouhaha médiatique concernant la culpabilité des parents et la crédibilité des enfants. Bien qu’il apporte d’une manière assez objective les témoignages des enfants ainsi que des psychologues et médecins ayant validé les sévices, ce documentaire mainstream reste à charge contre la parole des enfants. Les parents y sont mis en scène d’une manière victimaire et nous retrouvons le classique expert des faux souvenirs qui vient remettre en doute la crédibilité de ces enfants ainsi que les compétences de la psychologue. Pour bien évacuer la possibilité que ces enfants aient pu subir des pratiques sectaires de type pédo-sataniques, l’enquêteur-narrateur ne manque évidemment pas de faire le parallèle avec la « panique satanique », faisant passer tous les témoignages de ce type comme relevant d’une hystérie collective conspirationniste et d’une chasse aux sorcières.

La messe est dite, le temple est couvert…



Le bilan est donc très mitigé concernant ce documentaire, qui reste intéressant car dévoilant un important dossier avec des archives exclusives, mais qui n’aidera certainement pas à faire avancer les choses dans l’opinion publique concernant ce type de témoignages relatifs aux sectes pédocriminelles. En effet, une personne au préalable non-informée sur ce sujet, y sera d’autant plus sceptique et méfiante après avoir visionné ces 4 heures de documentaire…


Que pensez-vous de cet article ? Donnez votre avis en commentaire et partagez sur vos réseaux sociaux préférés... Une aide financière sera grandement appréciée. Merci à vous !



(Visited 35 times, 1 visits today)


Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *