Assassinat de Kennedy: du mystère au mythe?

Geopolitis fait le point dans cette vidéo :

Le 22 novembre 1963, l’Amérique était endeuillée à la suite de l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy, son 35ème président. Un drame qui, 50 ans plus tard, est encore empreint de mystère. La thèse officielle nie l’existence d’un complot alors que certains éléments de l’enquête semblent démontrer que Lee Harvey Oswald n’a pas pu être le seul tireur.

Des questions encore en suspens qui ont participé à forger le « mystère Kennedy ». Les destins tragiques qu’ont connus plusieurs membres de la dynastie des Kennedy sont encore venus accroître la portée de ce qui est devenu un mythe. Lequel a contribué à façonner la société américaine que nous connaissons aujourd’hui; au même titre que de nombreux autres mythes fondateurs aux Etats-Unis.

Que révèlent les mythes et mystères américains sur la société qui les abrite? Pourquoi le cas des Kennedy est-il si emblématique?

Geopolitis décrypte en quoi toutes ces questions sans réponses en disent long sur ce qu’est l’Amérique d’aujourd’hui. L’invité : Boris Vejdovsky, Maître d’enseignement au département de culture et littérature américaines à l’Université de Lausanne.

La véritable histoire de l’assassinat de Kennedy

Vous allez savoir qui était l’Organisateur de l’assassinat de Kennedy 

Offres du Neuvième Cercle du Culte Satanique

Un document provenant des archives secrètes du Vatican et conservé par la Cour Internationale de Justice Générale (CIGC) de Bruxelles indique que le pape et les cardinaux étaient tenus de participer à des rites sataniques.

Un Sacrifice Satanique d’enfants par le Neuvième Cercle dirigé par le pape François Jorge Mario Bergoglio a été réalisé le 21 juin 2018, car c’est la date du Solstice d’Été. Les enfants destinés à ce rite satanique sont fournis par un réseau international d’exploitation des enfants, financé par l’élite mondiale, mis en œuvre par la mafia et organisé par le Vatican.

Ce n’est pas la première fois que le pape François est accusé de viol, ou de viol planifié et de meurtre d’enfants. En juillet 2014, deux adolescentes ont témoigné devant le tribunal de l’ICLCJ, alléguant que le pape François les avait violées lors de cérémonies de sacrifice d’enfants au printemps 2009 et 2010. Selon un ancien employé de la Curie à Rome, les viols et les meurtres ont eu lieu au château de Carnarvon au Pays de Galles et dans un Château français non identifié. L’accusation a présenté les déclarations notariées de huit autres personnes qui ont affirmé avoir été témoins de crimes similaires.

La Cour a reçu des documents provenant des archives secrètes du Vatican, dont le Privilège Magistral, daté du 25 déc. 1967. Ce statut de Droit Canonique stipulait que chaque nouveau pape, avant de prendre ses fonctions, devait participer aux rites de sacrifice d’enfants du culte satanique du Neuvième Cercle. Le document fait spécifiquement référence aux meurtres cérémoniels de nouveau-nés, suivis de la consommation de leur sang.

Des témoins oculaires du procès ont également affirmé que la Reine Elizabeth, son mari le Prince Philip, des membres des Familles Royales Britannique et Néerlandaise et le Supérieur Général Jésuite Catholique Adolfo Pachon étaient présents avec le pape François et l’ancien pape Ratzinger lors des sacrifices d’enfants du Neuvième Cercle.

Grâce à tous ces témoignages, ces faits horribles ne sont plus une conspiration:

“Une conspiration est rarement, voire jamais, prouvée par un témoignage positif. Lorsqu’un crime de grande ampleur est sur le point d’être commis par une combinaison d’individus, ceux-ci n’agissent pas ouvertement, mais secrètement et en cachette. L’objectif visé n’est connu que des personnes concernées. À moins que l’un des conspirateurs initiaux ne trahisse ses compagnons et ne témoigne contre eux, leur culpabilité ne peut être prouvée que par des preuves indirectes. et les circonstances ne peuvent pas mentir.” Comme cité dans The Trial of the Conspirators .

L’Organisateur de l’assassinat de Kennedy était le Cardinal Spellman de New York.

Les centaines de publications sur l’assassinat de Kennedy peuvent être réduites à quelques faits simples. Celles-ci mènent au “Lion” dans sa “Tanière d’Iniquité” qui avait le pouvoir d’exécuter et de couvrir avec succès l’assassinat de Kennedy. Le Lion était le Cardinal Spellman de New York et son repaire d’iniquité était la Cathédrale Saint-Patrick, “le petit Vatican”, et le siège de la Branche Américaine des Chevaliers de Malte.

Depuis la mort du Cardinal Spellman en 1967 jusqu’à aujourd’hui, les “Lions” qui se sont succédé sont ceux qui ont gardé le meurtre secret : le Cardinal Cooke, Chevalier de Malte, et le Cardinal O’Connor, archevêque de New York de 1984 à sa mort en 2000. Ancien Aumônier de la Marine pendant la Guerre du Vietnam de Spellman, le Cardinal Timothy Dolan lui a succédé.

Sachant que le président Kennedy ne laisserait pas la Guerre du Vietnam s’intensifier, la communauté du renseignement a commencé à se préparer à son assassinat. Le catholique romain Lee Harvey Oswald a été choisi comme bouc émissaire. – Agent de la CIA, il avait été envoyé par Allen Dulles en Russie Soviétique en 1959, soi-disant comme transfuge. Sachant que la CIA (OSS) et le KGB (NKVD) ont travaillé ensemble pendant la Seconde Guerre Mondiale. Oswald aurait été en vacances pendant presque deux ans. Pendant cette période, il a épousé une Russe, dont l’oncle était un Colonel du KGB.

À son retour en Amérique en 1962, Oswald s’associe aux agents de la CIA Howard Hunt, Frank Sturgis, David Ferrie, Guy Banister, le Comte George De Mohrenschildt et Clay Shaw. Oswald était un agent de la CIA, lié aux Jésuites. Son neveu aurait été un jésuite. L’implication des Jésuites est cohérente avec celle dans l’assassinat de Lincoln. – Expliqué dans le livre The Federal Reserve Conspiracy and Rockefellers, par Emanuel M. Josephson, 1968.

L’auteur Jim Garrison, dans son livre On theTrail of theAssassins, 1991, a clairement prouvé que la CIA était impliquée dans l’assassinat par l’intermédiaire de Clay Shaw . Il écrit :

“…nous avons découvert le rôle international étendu de Shaw en tant qu’employé de la CIA. La vie secrète de Shaw en tant qu’employé de la CIA à Rome, où il a tenté de ramener le fascisme en Italie, a été révélée dans des articles de la presse italienne….. Pour moi, les révélations les plus importantes… ont été la confirmation par Victor Marchetti et Richard Helms que Clay Shaw avait été un agent de la Central Intelligence Agency.”

Et qui était le directeur de la CIA en 1963 ? C’était le Chevalier de Malte John McCone. Avant cela, M. McCone était un entrepreneur de la défense qui avait officiellement dirigé la Commission de l’Énergie Atomique. Plus tard, en 1970, il est devenu membre du conseil d’administration d’ITT tout en restant conseiller de la CIA. Dis de Marchetti :

“[Le] membre du conseil d’administration d’ITT qui a admis plus tard devant une commission d’enquête du Sénat qu’il avait joué le rôle clé dans la mise en relation des responsables de la CIA et d’ITT était John McCone, directeur de la CIA pendant l’administration Kennedy et, en 1970, consultant de la CIA.” [La CIA et le Culte du renseignement”, par Victor Marchetti, 1975].

Sachant que les blessures de Kennedy étaient des blessures d’entrée, il a tout rapporté à son supérieur. Le supérieur de Shubert était l’évêque de Dallas, le Révérend Thomas Kiely-Gorman, DD.

Il est connu que plusieurs Chevaliers de Colomb ont été impliqués dans l’assassinat de Kennedy. En particulier, ils ont travaillé pour le FBI. Mais le seul Chevalier digne de mention qui a été impliqué est le frère de Kennedy, le sénateur Edward Kennedy, et ce dans le sens où, par son silence, il a consenti au meurtre de son frère. C’est peut-être ce qui a conduit l’éternel sénateur du Massachusetts à sa vie alcoolique destructrice ?

Enfin, on a su que la mafia était impliquée dans l’assassinat de Kennedy. La mafia, la CIA, le FBI et les services de renseignement de la marine travaillaient ensemble depuis la Seconde Guerre Mondiale. Jack Ruby était un mafioso et David E. Scheim, dans son livre “Contract on America”, explique très clairement que la mafia avait au moins deux motivations, à savoir :

L’attaque des frères Kennedy contre le crime organisé, et la perte du paradis du jeu de la mafia à Cuba.

Mais ce n’était pas les raisons de l’adhésion. La mafia des Dons s’est vu promettre qu’elle gagnerait plus d’argent que les casinos de La Havane ne pourront jamais en gagner, en raison de l’explosion du commerce international de la drogue rendue possible par la guerre au Vietnam. S’ils aidaient à éliminer Kennedy, Johnson intensifierait la guerre, facilitant le commerce de la drogue. La CIA ferait venir les drogues du Triangle d’Or, les distribuerait aux familles de la mafia, et tout le monde en profiterait.

Plus important encore, la Commission de la Mafia a dû rendre une faveur au Cardinal Spellman, par l’intermédiaire de Roosevelt, car il avait organisé la libération de “Lucky” Luciano dans le cadre de l’opération “Under World”.

Maintenant, le Cardinal avait besoin d’une faveur. En cas de refus, Spellman pourrait utiliser l’ensemble des services de renseignements pour éliminer tous les mafieux. En cas d’accord, de nouveaux centres de jeux, notamment à Atlantic City et à Las Vegas, seraient ouverts.

Il est clair que si le président Kennedy était destitué, tout le monde gagnerait en pouvoir et en richesse. La communauté du renseignement gagnerait en signification, et le Cardinal serait encore plus respecté par ses pairs à Rome. Le reste appartient à l’histoire.

Plus tard, en 1964, le pape de Rome a eu une influence sur le quatorzième Quatorzième Amendement de l’Amérique pour la première fois dans l’histoire.

Le Cardinal Spellman s’est bien comporté et a été récompensé par une visite de son maître, compagnon de guerre et manipulateur des Rats du Vatican, le Cardinal Montini, qui deviendra plus tard le pape Paul VI. www.en.wikipedia.org/wiki/Ratlines_ (suite de la Deuxième Guerre Mondiale)

On peut affirmer sans risque de se tromper que le Général Jésuite, utilisant le Pape avec son plus puissant Cardinal Spellman dans l’Empire Américain, a ordonné l’assassinat du Président John F. Kennedy en 1963. C’est le Cardinal Spellman, “le Pape Américain”, qui a commandé ses soldats, les Chevaliers de Malte, qui ont supervisé l’exécution de l’assassinat.

Le Président Kennedy a été assassiné. La conclusion était donc évidente. Que la CIA, avec son agent, E. Howard Hunt, avait assassiné le Président. Dans les mots de la présidente du jury, Leslie Armstrong, dans le Déni Plausible, il est noté :

“M. Lane nous a demandé de faire quelque chose de très difficile. Il nous a demandé de croire que John Kennedy a été tué par notre propre gouvernement. Lorsque nous avons examiné les preuves (pendant 65 minutes), nous avons été contraints de conclure que la CIA avait effectivement tué le président Kennedy.”

Hunt en avait fait partie, et ces preuves, si soigneusement présentées, devraient maintenant être examinées par les institutions compétentes du gouvernement des États-Unis afin que les responsables de l’assassinat puissent être traduits en justice.

Presque dès le début, beaucoup ont pensé que l’assassinat du jeune président populaire était le résultat d’une conspiration et non l’acte d’un seul individu, malgré les conclusions de la Commission Warren (1964), créée par le successeur de Kennedy, le président Lyndon B. Johnson, pour enquêter et superviser l’assassinat. L’incident a fait l’objet de nombreuses spéculations jusqu’à aujourd’hui.

finalwwakeupcall.info

Peter B. Meyer


Que pensez-vous de cet article ? Donnez votre avis en commentaire et partagez sur vos réseaux sociaux préférés... Une aide financière est toujours appréciée. Merci à vous !






Elishean TV © elishean/2009-2021

(Visited 250 times, 1 visits today)

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *