À l’heure actuelle, tout est affiché au grand jour pour qui a encore des yeux pour voir… Stanley Kubrick avait intitulé son dernier film traitant des sociétés secrètes « Eyes Wide Shut », les yeux grands fermés, une métaphore illustrant l’aveuglement des masses, ayant pourtant tout ce qu’il faut devant leurs yeux pour comprendre la véritable nature d’une industrie qu’ils idolâtrent.

L’art subtil luciférien de ce bas-monde consiste à afficher sa gloire passagère aux yeux des profanes, cela de manière récurrente et provocante. Cette doctrine occulte étant de ne jamais la nommer mais de toujours l’afficher :

« N’en parlez pas, montrez-le »

Un art luciférique très subtil auquel s’attelle avec zèle l’industrie du divertissement abreuvant des milliards d’âmes qui finalement :


« Voient sans voir et entendent sans comprendre »

Cet hermétisme se résume en une formule :

« Parler sans parler, montrer sans montrer et cacher sans cacher »

Beaucoup de personnes s’interrogent sur la raison pour laquelle ils affichent publiquement toute cette symbolique occulte relevant de véritables pratiques criminelles ?

Une Loi de ce grand théâtre est de laisser transparaître la Vérité pour permettre au libre arbitre de pouvoir s’accomplir. « Qui cherche trouve », l’accès à la Vérité n’est pas négociable et le Serpent doit se plier à cette Loi du Bon Dieu.

Cette guerre spirituelle consiste donc à pervertir les consciences par diverses stratégies de contrôle mental sur les masses.Voilà le modus operandi des sorciers contrôleurs dont la loge révolutionnaire est la bastion…

L’industrie musicale connaît parfaitement le schéma qui consiste à alimenter une jeunesse influençable en demande de contenus toujours plus extrêmes. Le public devient de plus en plus insensible aux choses qui se mettent en place… telle la grenouille croupissant dans son bain bouillant.

De nombreux clips qui sont vus des millions de fois sur YouTube sont clairement des représentations symboliques de la programmation mentale basée sur les traumatismes. Des productions qui se réfèrent artistiquement au processus de dissociation et fractionnement de la personnalité. Quoi de plus approprié que le format « clip musical » et la grande liberté artistique qu’il permet pour laisser libre cours à la diffusion d’une connaissance occulte à peine dissimulée par de la symbolique ; et massivement diffusée sur les chaînes de télévision et le web, 24h/24h ?

Les mêmes codes sont injectés inlassablement dans ces productions… Ceci n’est pas une coïncidence, une histoire nous est contée de façon voilée si nous avons encore des yeux pour voir… Le paradoxe étant une spécialité des sorciers-contrôleurs, une des choses les plus cachées de ce bas monde se retrouve être la plus diffusée quotidiennement aux yeux grands fermés de millions de gens, totalement inconscients de ce qui leur est transmis de manière plus ou moins directe dans ces productions à multiples grilles de lecture. Ou lorsque le domaine artistique dit subjectif permet d’infuser dans la culture populaire des contenus symboliques ultra nocifs glorifiant les pires abominations… Cela sans aucunes restrictions ni aucunes condamnations. Le luciférisme en roue libre sur vos écrans…

Nous constatons que le sujet de la personnalité multiple, du trouble dissociatif de l’identité, se vulgarise et s’aseptise dans un florilège de stars mondiales présentant leurs « alter-ego déjantés » mais toujours très cool ! Petit à petit, nous voyons donc s’établir une culture MK hégémonique et incontournable comprenant une esthétique et des symboles évidemment emballés dans du divertissement toujours plus attractif et addictif…

Les Golems préalablement pétrie comme un piètre levain depuis le plus jeune âge dans les cursus éducatifs ayant évacué toute notion de véritable morale et de spiritualité chrétienne ; vont alors associer cet occultisme vulgarisé et simplifié à quelque chose de positif, à une mode, à un modèle à suivre. La grande vague actuelle d’ingénierie sociale qui consiste à réhabiliter la sorcellerie via le néo-féminisme, participe à cet agenda luciférien consistant à endoctriner et corrompre les âmes préalablement déchristianisées.

La Révolution suit son cours…

L’intelligence perverse et surnaturelle du Serpent consiste donc à révéler sa véritable nature tout en l’emballant d’un séduisant vernis. Ainsi il respecte cette Loi du libre arbitre qui le surpasse. Son intelligence surpassant également les âmes humaines… il les drague massivement.

Cette gigantesque matrice babylonienne séduit actuellement des milliards d’âmes qui acclament, réclament et consomment ces suggestions démoniaques permanentes. Ainsi la masse humaine valide inconsciemment toute une culture luciférienne comme quelque chose de bon pour elle. Nous aimons notre musique, nous aimons nos programmes de télévision, nos dessins animés et nos jeux vidéo, nous aimons des contenus qui très souvent affichent clairement la signature du Serpent. De ce fait, notre libre arbitre choisit ainsi délibérément de consommer la soupe du diable…

Un choix s’impose donc face à cette industrie du divertissement, corrompue et corruptrice, la plateforme parfaite par laquelle le Serpent peut atteindre la masse pour la brasser, la manipuler et la pervertir.

L’infusion de cette sous-culture luciférienne dans le monde profane est réussi lorsque les Golems s’approprient cette symbolique par pur effet de mode et de singerie… l’étape suivante étant de fourrer subtilement dans le crâne des individus, préalablement déspiritualisés et en recherche, que paganisme/sorcellerie et autre adoration de la terre mère représentent le retour aux sources…

Pour conclure, citons Alexandre Dumas:


« Dieu pêche les âmes à la ligne, Satan les pêche au filet ».

Un seul échappatoire à cette farce du singe de Dieu : Jésus-Christ !


Que pensez-vous de cet article ? Donnez votre avis en commentaire et partagez sur vos réseaux sociaux préférés... Une aide financière sera grandement appréciée. Merci à vous !



(Visited 141 times, 1 visits today)


Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *