La maladie d’Hashimoto est une maladie auto immune liée à la thyroïde.

Adèle raconte, dans son témoignage comment elle a du se battre pour poser un diagnostique sur tous ses maux du quotidien. Mais aussi comment elle jongle entre les traitements et les symptômes physiques et mentaux de sa maladie.

Les symtpômes

La thyroïde est une glande qui aide tout le corps à fonctionner. Lorsqu’elle ne fonctionne plus correctement, cela entraine de nombreux symptômes physiques et mentaux.


Les symptômes physiques peuvent aller de la fatigue chronique à la prise de poids, la chute de cheveux et d’ongles ou encore des douleurs articulaires et musculaires. Pour ce qui est du psychologique, la maladie se traduit par de la dépression, de l’irritabilité, une incapacité à se concentrer, de l’anxiété, … Les symptômes peuvent varier d’une personne à une autre et c’est souvent difficile de les associer à la maladie d’Hashimoto.

Le diagnostic

Adèle commence à consulter des médecins pour de la fatigue chronique. Par chance, elle tombe sur un médecin qui est aussi naturopathe et qui lui fait faire tous les tests qu’il faut du premier coup. Le diagnostic tombe assez rapidement pour elle. Mais ce n’est que le début de son parcours du combattant.

Elle commence à se renseigner et ne trouve pas vraiment de ressources en France. Elle tombe même sur une émission à la télévision où des médecins disent ne pas considérer cela comme une maladie puisque trop de personnes en sont atteintes.

Les traitements

La maladie étant différente pour tout le monde, il faut trouver le bon dosage pour son traitement, il lui aura fallu plus d’un an pour trouver un dosage qui lui permet de vivre une vie plus sereine au quotidien. Mais il n’existe pas de traitement pour guérir de la maladie, ce sont des traitements qui permettent de diminuer les symptômes. De plus, ces traitements sont à adapter en permanence, en fonction de l’évolution de la maladie. Un jeu d’équilibriste sans fin finalement.

Pour mieux vivre avec au quotidien, Adèle s’est renseignée sur des alternatives naturelles pour compléter les traitements médicaux. Elle évoque notamment l’alimentation anti-inflammatoire. C’est à dire, supprimer de son alimentation, les aliments qui peuvent être inflammatoires. En général ce sont le gluten, la viande rouge, les fromages, le sucre mais cela peut varier d’une personne à l’autre.


Adapter son quotidien

La maladie d’Hashimoto implique un quotidien plus compliqué et notamment au travail. Après plusieurs boulots, plusieurs arrêts, et malgré toujours des employeurs bienveillants et compréhensifs, Adèle a décidé de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale pour avoir plus de flexibilité sur son quotidien et pouvoir l’adapter en fonction de sa maladie comme elle le souhaite. En ce début d’année 2022, on lui souhaite pleine réussite dans son projet !


Que pensez-vous de cet article ? Donnez votre avis en commentaire et partagez sur vos réseaux sociaux préférés... Une aide financière sera grandement appréciée. Merci à vous !



(Visited 37 times, 4 visits today)


Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *