L’Énigme du Mont Saint-Hilaire est un film film documentaire québécois, des réalisatrices Vanessa Thibodeau-Deneault et Évelyne Girard, sorti en salle au Canada le 30 novembre 2017.

Le Forum Orandia revient sur le sujet dans la vidéo ci-dessus.

Entre les années 1970 à 1990, une croyance s’est propagée en Montérégie : le mont Saint-Hilaire aurait un lien avec les ovnis, allant jusqu’à suggérer qu’il pourrait y avoir une base extraterrestre dans la montagne. D’autres légendes et phénomènes inexpliqués sont associés à la montagne, comme l’idée que le lac Hertel serait sans fond et que des créatures hors de notre monde y rôderaient la nuit.

Durant presque 30 ans, la croyance a perduré jusqu’à s’estomper vers la fin des années 1990. Depuis, plusieurs personnes affirment, sous le couvert de l’anonymat, avoir aperçu des activités paranormales dans les environs du mont Saint-Hilaire. Encore aujourd’hui, plusieurs personnes affirment apercevoir des ovnis au-dessus de la montagne.

Entre mystère et science, le film tente de comprendre ce qui a donné naissance à cette fascination qu’ont les gens de la région pour cette majestueuse montagne. D’un intervenant à l’autre, le film démontre, le côté pro-ovni par des témoignages, pour ensuite le déconstruire par des avis de scientifiques. La déconstruction se fait sous trois thèmes : l’influence du mythe et de la religion, l’explication des témoignages par des analyses scientifiques, ainsi que l’explication des phénomènes rares, pouvant réfuter les cas d’ovnis répertoriés les plus obscures.[3] Cette vision pragmatique du sujet a mené le film à un accueil mitigé de la part des adeptes des phénomènes des ovnis.

ENTRE LÉGENDE ET RÉALITÉ

WIGWÔMADENSIS était son nom, avant la colonisation. Maison des géants, ou, de ceux qui viennent du ciel, d’en haut, de très haut. Son sommet était un lieu sacré où les très vieux indiens Abénakis étaient abandonnés avec un peu de nourriture et d’eau. Soit que la mort les poussait au bas de la falaise, soit que les dieux “Oiseau du tonnerre” – “Grand Manitou” passaient les ramasser…avant leur mort, pour les conduire par delà les nuages, au pays des ancêtres.

PAS DE RELIGION !

C’est à croire que les “esprits de la montagne” ne veulent pas de présence religieuse sur la montagne de St-Hilaire. En effet, jamais une croix n’a pu demeurer sur le sommet de la montagne contrairement aux autres montagnes de la montérégie dont le Mont-Royal, au coeur de Montréal, avec sa célèbre croix d’acier illuminée. La foudre, dit-on, en est la cause. Pourquoi pas ? Mais pourquoi là, et pas ailleurs ? Un chemin de croix, en 1841, se terminait au sommet de la montagne par une chapelle surmontée d’une croix creuse avec échelles intérieures.

ALERTE aux OVNIS au Mont St-Hilaire

 

Les sirènes du système de défense canadien contre les attaques nucléaires soviétiques, désactivées depuis la fin de l’URSS, hurlaient très souvent, sans raison !!! Celles de Mont-Saint-Hilaire ont battu tous les records canadiens de malfonctionnement. Elles pouvaient être déclenchées automatiquement, par un signal envoyé d’un satellite militaire stratégique.

Question: Le signal pouvait-il être perturbé par le passage d’un OVNI?

Journal local “L’œil Régional” 22/06/87

Les pilotes savent que le mont St-Hilaire est cause de troubles d’orientation par la détection au radar. Un jet privé s’est écrasé sur la montagne comme si elle était devenue invisible au radar. Pourtant, l’avion était équipé des instruments les plus perfectionnés, capables de détecter la présence d’un simple pylone électrique.

ON Y PERD LE NORD.

De la magnétite couvre le sol, ce qui a pour effet de changer le champs magnétique de l’endroit. Toute la région de la montagne dégage plus de 3500 gauss, soit 1000 fois plus que la normale.

Avis aux explorateurs téméraires. À certains endroits sur la montagne de St-Hilaire, une boussole en main, vous découvrirez que le nord change subitement de direction.

Le mont Saint-Hilaire est l’une des neuf collines montérégiennes situées près de Montréal au sud-ouest du Québec. Il est nommé en l’honneur d’Hilaire de Poitiers, docteur de l’Église. La montagne fait partie de l’aire centrale de la réserve de biosphère du Mont-Saint-Hilaire qui a été désignée en 1978, une première au Canada.

Situé dans la ville de Mont-Saint-Hilaire et vieux de 125 millions d’années, le mont Saint-Hilaire couvre une superficie de 43,39 km2 sur le versant droit du bassin du fleuve Saint-Laurent, dans la MRC La Vallée-du-Richelieu en Montérégie. À 30 km à l’est de Montréal, il fait face à la ville de Belœil, dont il est séparé par la rivière Richelieu. Il donne son nom à la municipalité qui est à ses pieds, la ville de Mont-Saint-Hilaire. Selon Statistique Canada, sa population en 1996 était de 13 064, en 2001 elle était de 14 270, et en 2005 la population était de 16 177.

On y trouve :

  • près de 293 minéraux, dont 16 sont exclusifs à la région1 ;
  • le lac Hertel ;
  • la carrière Mont St-Hilaire, Inc., une entreprise qui exploite une mine située sur le flanc nord-est de la montagne;
  • un pavillon d’accueil géré par le Centre de la Nature Mont Saint-Hilaire ;
  • la Réserve naturelle Gault de l’Université McGill, d’une superficie de 970,2 hectares, dont la partie ouest (5,5 km2) est ouverte aux visiteurs pour des activités de plein air et l’autre 4,5 km2 est strictement réservé.
  • la ressemblance avec le Devil’s Tower du Wyoming, “La tour du Diable”, vedette du film de Steven Spielberg : ” Rencontre du Troisième Type”, est saisissante sur place.

Ces deux montagnes ont été répertoriées par l’UNESCO (1978) comme faisant partie de la Biosphère terrestre. Au Mont-Saint-Hilaire, la nature doit demeurer intacte. Plus de 80 espèces d’oiseaux, 120 minéraux distincts, 40 plantes vaculaires rares ainsi que plusieurs espèces d’animaux sauvages y ont établis domicile. Son sommet n’était pas recouvert de glace lors de la dernière grande glaciation.

Seuls les marcheurs, sur les quelques sentiers surveillés, ont l’autorisation d’y aller pendant les heures du jour. Interdiction d’y coucher la nuit, ou simplement de se promener après le coucher du soleil. Un lac à son sommet est là, strictement pour la beauté du paysage et sert de réserve d’eau potable pour la ville de Mont-Saint-Hilaire (11,111 habitants environ).


Que pensez-vous de cet article ? Donnez votre avis en commentaire et partagez sur vos réseaux sociaux préférés... Une aide financière est toujours appréciée. Merci à vous !






Elishean TV © elishean/2009-2021

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *