Les chercheurs ont utilisé un pseudovirus constitué d’une cellule entourée de protéines de pointe (la protéine SPIKE), mais sans composant viral pour démontrer que les protéines Spike peuvent endommager les cellules humaines et altérer la fonctionnalité mitochondriale.


Que pensez-vous de cet article ? Donnez votre avis en commentaire et partagez sur vos réseaux sociaux préférés... Une aide financière sera grandement appréciée. Merci à vous !



(Visited 95 times, 1 visits today)


Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *