Comment fonctionne la lévitation acoustique? Quel rapport avec le temps, la temporalité? Le miracle des ondes stationnaires… Une explication scientifique du pouvoir de lévitation dans cette petite vidéo.

Les Anciens connaissaient-ils le secret de la lévitation?

Selon une certaine tradition, les monuments mégalithiques auraient été construits en utilisant les vibrations des sons. La gravitation aurait été neutralisée par des incantations musicales et par des baguettes magnétisées qui soulevaient les pierres dans l’air. C’est une possibilité, fantaisiste à première vue, qui méritait d’être étudiée sérieusement.

En février 2019, une équipe de chercheurs de l’Université Columbia a publié les résultats d’une expérience qui a montré que les ondes sonores peuvent transporter une masse gravitationnelle.

Au cours de l’expérience, les scientifiques ont découvert que les ondes sonores peuvent générer un petit champ.

«Les calculs montrent que les ondes sonores transportent une minuscule masse négative, ce qui signifie qu’en présence d’un champ gravitationnel, comme celui de la Terre, leur trajectoire se pliera vers le haut. Les scientifiques ont découvert que les ondes sonores génèrent également un petit champ gravitationnel », indique l’étude.

Pendant des années, les physiciens ont cru que les ondes sonores pouvaient transporter de l’énergie, mais ils ne pensaient pas que les ondes pouvaient transporter de la masse. Cependant, les chercheurs ont trouvé des preuves que leurs conclusions antérieures étaient incorrectes, rapporte Phys.org.

L’équipe de scientifiques a découvert que les ondes sonores traversant l’hélium superfluide transportaient une petite quantité de masse. Ils l’ont prouvé mathématiquement, mais n’ont pas mesuré la masse portée par l’onde sonore.

Ils ont découvert que les phonons (quasi-particules) interagissent avec le champ gravitationnel d’une manière qui les amène à transférer de la masse lorsqu’ils se déplacent à travers le matériau. Dans leurs nouveaux travaux, les scientifiques rapportent des preuves montrant que les mêmes résultats sont vrais pour la plupart des matériaux.

Les chercheurs ont proposé des moyens de tester leur découverte dans le monde réel. Une possibilité serait d’utiliser des dispositifs qui détectent les champs gravitationnels pour étudier les tremblements de terre. Alors que le tremblement de terre envoie des sons à travers la planète, les appareils pourraient détecter «des milliards de kilogrammes de masse» transportés par le son.

En 2020, les scientifiques ont créé un algorithme pour détecter les signaux de tremblement de terre qui déforment la gravité, modifiant la densité des roches pendant une courte période. Ces changements de gravité envoient des signaux à la vitesse de la lumière, ce qui permet de détecter les tremblements de terre avant même que la destruction ne commence.

Comment les tremblements de terre créent des vagues à l’intérieur de la planète / National Geographic

Un an avant l’étude, le même groupe de scientifiques a avancé la théorie selon laquelle les phonons ont une masse négative et, par conséquent, une gravité négative.

Le co-fondateur de la théorie des cordes Michio Kaku déclare: «Il s’avère que dans certaines conditions, les ondes sonores peuvent en fait commencer à monter plutôt qu’à baisser. Et cette anomalie semble être cohérente avec les lois de la physique de sorte que certaines vibrations, au lieu de tomber, peuvent effectivement tomber. « 

Les chercheurs spécialisés des civilisations anciennes pensent que cette étude suggère comment les peuples anciens ont réussi à déplacer des pierres massives. Il est possible qu’ils aient utilisé des ondes sonores et des vibrations pour cela.

Selon les légendes anciennes, le son faisait partie de l’équation et les gens construisaient des structures géantes, telles que les pyramides en Égypte, en utilisant des sons d’une fréquence spécifique.

Les scientifiques espèrent peut-être un jour percer le mystère des ondes sonores et, sur leur base, créer une technologie pour déplacer des objets de grande masse.

LE TÉMOIGNAGE D’ALEXANDRA DAVID-NEEL

La fameuse exploratrice Alexandra David-Neel, qui mourut en 1969 âgée de 101 ans, a raconté des cas étranges de lévitation qu’elle put voir au Tibet où elle vécut quatorze ans.

Dans son livre “Mystiques et les magiciens du Tibet”, elle écrit : « Laissant à part ce qui semble être de l’exagération, il résulte de mon expérience très limitée de cette pratique et de ce que j’ai appris des lamas dignes de confiance, que l’on parvient à ne plus sentir le poids de son corps… »

L’exploratrice française eut la bonne fortune de voir un lama somnambule ou « loung-gom-pa ». Ces personnages peuvent atteindre une incroyable légèreté et après un long entraînement, glisser dans l’air comme des planeurs. Le lama qu’elle vit au cours de son voyage dans le Tibet du Nord sautait avec « l’élasticité d’une balle et rebondissait chaque fois que ses pieds touchaient le sol ». En lisant ces mots, qui ne penserait à la « marche du kangourou » sur la Lune, composée par Armstrong !

Les Tibétains prièrent Mme David-Neel de ne pas aborder ni interpeller le lama car le choc produit par son intervention pourrait causer sa mort. Comme il passait au-dessus d’eux, dans un vol ondoyant, à une vitesse extraordinaire, l’exploratrice et ses compagnons décidèrent de le suivre à cheval. En dépit de ce mode de transport plus rapide que la marche à pied, ils ne purent rejoindre le lama somnambule! Dans son état de transe le « loung-gom-pa » est, dit-on, tout à fait conscient des accidents de terrain qu’il survole, tel un somnambule qui sort par une fenêtre et marche sur les toits.

Quelques informations très significatives furent communiquées à Alexandra David-Neel. Le matin, le soir et la nuit sont plus favorables aux évolutions somnambuliques que le milieu du jour ou l’après-midi. Il doit donc exister une corrélation entre la position du soleil et la force de gravité.

La faculté de lévitation est augmentée par un rythme respiratoire profond, accompagné d’une concentration mentale.

Après de longues années d’entraînement, écrit Mme David-Neel, les pieds du lama ne touchent plus terre et il devient tout naturellement aéroporté pour glisser dans l’air à une grande vitesse. L’exploratrice ajoute, et cela est assez amusant, que certains lamas portent de lourdes chaînes, créant ainsi une pesanteur artificielle qui leur évite d’être entraînés dans l’espace contre leur gré !

Les observations de cette orientaliste devraient être étudiées pour saisir les approches asiatiques de la conquête de la gravitation qui fut abordée en Extrême-Orient depuis de longs siècles.

La baguette des prêtres d’antan

Certains contes, de source arabe notamment, décrivent la manière dont les Pyramides d’Egypte furent édifiées. Al-Masudi chroniqueur du Xe siecle, prétend que les blocs, enveloppés de papyrus, étaient frappés d’une baguette par un prêtre. Ainsi devenaient-ils totalement dépourvus de poids et pouvait-on les déplacer jusqu’à cinquante mètres dans l’air. Le hiérophante répétait alors son geste jusqu’à ce que la pierre eût atteint l’emplacement qui lui était destiné.

Cela expliquerait l’absence d’éclats sur les arêtes des blocs – le jointoiement des pierres, est d’une si grande précision qu’il est impossible d’insérer entre elles une simple feuille de papier.

François Lenormant cite dans son livre sur la Magie chaldéenne une légende concernant les prêtres d’Héliopolis qui pouvaient à l’aide de sons soulever de lourdes pierre qu’un millier d’hommes seraient incapables de déplacer.

Est-ce par ce procédé que Baalbek fut érigé?

La gigantesque dalle laissée dans la carrière au pied de la terrasse du temple par les Titans qui le bâtirent, mesure 21, 50 mètres de long, 4 m de large et 4,20 m d’épaisseur. Quarante mille ouvriers carriers durent être nécessaires pour mouvoir cette masse énorme. Mais encore eût-il fallu qu’une telle multitude ait accès, en même temps, autour de la dalle pour la soulever !

Scientifiques ou magiciens ?

Un chercheur scientifique moderne eût été qualifié de magicien dans l’Antiquité. A l’inverse, les magiciens d’hier furent souvent de grands scientifiques…

Simon le Mage, philosophe gnostique du Ier siècle, était de ceux-là.

Ce penseur juif disait que « le feu était la cause première des manifestations du monde et qu’il avait un double caractère ». Définition simplifiée de la structure atomique de la matière et de sa polarité.

La « science magique » de Simon lui permettait d’accomplir des miracles.

Ses biographes et critiques, qui sont parmi les premiers Pères de l’Eglise, décrivent comment le feu descendait du ciel sur les objets préalablement désignés par le mage.

Il existe un récit qui décrit Simon s’adressant à des milliers d’auditeurs à Rome et leur exposant sa philosophie de la gnose, ou connaissance des mystères religieux.

La tradition veut que « les esprits aériens » aient aidé l’orateur à s’élever très haut dans les airs devant cette foule car Simon était « un homme très versé dans les arts magiques ».

Bien que les historiens chrétiens n’eussent pas connu de façon certaine la source des pouvoirs de Simon, le don de lévitation lui fut cependant reconnu. Le mage était également réputé pour avoir fait perdre leur poids à des statues et les avoir fait planer.

Pendant des milliers d’années, les hommes ont subi la loi rigoureuse de la pesanteur. Peut-être pourrions-nous découvrir, chez les Anciens, le fil conducteur qui nous manque encore pour parvenir à l’antigravitation dont la maîtrise serait si utile…


Que pensez-vous de cet article ? Donnez votre avis en commentaire et partagez sur vos réseaux sociaux préférés... Une aide financière est toujours appréciée. Merci à vous !






Elishean TV © elishean/2009-2021

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *