Les pays européens indépendants sur le plan énergétique se sentent lésés et mécontents parce que certains de leurs voisins sont devenus un fardeau pour eux. Ils optent en grande partie pour fonctionner de manière indépendante.

Le marché intégré de l’électricité de l’UE est devenu le nouveau terrain de jeu des escarmouches entre les pays européens.

Un marché européen intégré de l’électricité promet aux citoyens de l’UE une électricité sûre et économique. Elle affirme que des règles uniformes régissant le marché de l’électricité et les infrastructures transfrontalières permettent la distribution de l’électricité produite dans un pays de l’UE aux consommateurs d’un autre. En favorisant la concurrence et en permettant aux clients de choisir leurs fournisseurs d’électricité préférés, elle prétend également contrôler les prix de l’électricité en Europe.


En 2020, 43 gestionnaires de réseau de transport relient le continent avec près de 420 interconnexions, dont 50 aux frontières françaises.

Le marché de gros de l’électricité dans les États membres de l’UE repose sur un système de tarification marginale, ce qui signifie en fait que tout le monde paie le même prix pour l’électricité qu’il produit, quelle que soit la manière dont elle est produite . La méthode de production d’électricité la plus coûteuse est ensuite utilisée pour déterminer le prix.

Cependant, en raison de la baisse des approvisionnements en gaz russe, de la réduction de la production hydroélectrique provoquée par les sécheresses estivales et des pannes importantes du parc nucléaire en France, les prix de gros de l’électricité ont augmenté l’an dernier. Et cette fois l’hostilité contre le marché intégré de l’électricité s’est manifestée à Paris.

Le 12 janvier, une motion a été déposée au Sénat français qui aurait retiré la France du marché européen de l’électricité si elle avait été adoptée. Même si la motion a été rejetée, elle a mis en évidence l’opposition croissante au marché de l’UE en France.

Certains partis de gauche ont soutenu avec véhémence la motion, qui a été proposée par le groupe communiste français, dans ce qui semblait être une déclaration de méfiance sans précédent à l’égard du marché de l’électricité de l’UE. Cependant, selon le sénateur communiste Fabien Gay , la question est davantage liée à la structure du marché qu’au conflit en Ukraine ou au vieillissement du parc nucléaire français. Cette position semble recueillir des appuis au Sénat.

La résolution de Gay, qui proposait de quitter entièrement le marché européen de l’électricité en réaction à la flambée des prix de l’électricité, a été approuvée par les 57 sénateurs du groupe de centre-droit Union Centrist (UC).

Selon la résolution, les promesses initiales du marché européen de l’électricité concernant la baisse des coûts, les incitations à l’innovation et le développement de nouvelles capacités de production n’ont pas été tenues.

L’année dernière, la Commission européenne a cédé aux demandes de l’Espagne et du Portugal de dissocier le prix du gaz du prix de l’électricité, car les deux se décrivent comme des « îlots énergétiques » qui importent du gaz d’Algérie et n’exportent pas principalement vers les pays européens. L’accord politique permet de plafonner les prix du gaz à 50 € en moyenne par mégawattheure, ce qui devrait se traduire par une réduction de moitié des coûts énergétiques pour 40 % des utilisateurs espagnols et portugais aux tarifs réglementés.

La France a toujours été l’exportateur net vers le bloc et tire 70% de son électricité de son énergie nucléaire. La motion pour sortir du marché de l’énergie en France a recueilli 153 voix en faveur du groupe UC, des communistes et d’autres organisations de gauche et vertes, mais a été rejetée par 180 sénateurs de droite et d’autres groupements centristes. Selon Gay, c’était quand même significatif étant donné que le soutien « était encore très faible » il y a un an.

La motion et l’épisode ont mis en lumière des systèmes européens intégrés qui ont connu une division entre les nations indépendantes et les autres qui en dépendent. Ceux qui sont indépendants se sentent escroqués car leurs citoyens sont confrontés au poids de l’intégration au marché européen. Ce sont peut-être les premiers signes de la désintégration de l’UE.

Quoi penser des systèmes énergétiques intégrés européens, sont-ce les signes de l’intégration européenne ou juste des barrages routiers temporaires?


Vidéo ci-dessus : Comment le marché de l’électricité en Europe fonctionne-t-il ? – C’est Pas Sorcier


Que pensez-vous de cet article ? Donnez votre avis en commentaire et partagez sur vos réseaux sociaux préférés... Une aide financière sera grandement appréciée. Merci à vous !



(Visited 47 times, 1 visits today)


Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *