La 4è vague semble déjà amorcer sa décrue, alors qu’Olivier Véran avait prévu un pic à la mi-août.

Comme nous l’indiquions hier, l’exemple anglais montre en tout cas que la flambée des contaminations ne dure pas plus de six semaines, ce qui correspond de façon assez proche au phénomène que l’on constate aujourd’hui : les contaminations semblent stagner et pourraient rapidement entamer une baisse marquée. Les hospitalisations et les décès devraient continuer à augmenter encore pendant quelques jours.

La 4è vague est-elle en train de s’essouffler.

Les indicateurs le montrent désormais, comme nous le pronostiquions avant-hier dans nos colonnes. Après un pic de contaminations à près de 33.000 personnes le 26 juillet, les nouveaux cas semblent ralentir, voire fortement ralentir…

Comme l’indique le Parisien, cette tendance est encore fragile. Mais elle est conforme au déroulement de la flambée britannique et tout indique que le phénomène devrait, au moins dans les grandes lignes, se consolider dans les jours à venir.

La 4è vague s’étiole…

Comme en Grande-Bretagne, il est très probable que les hospitalisations continuent à augmenter jusqu’à la fin du mois d’août, mais des proportions limitées. Nous avons pronostiqué avant-hier que le nombre de décès ne devrait pas dépasser une moyenne quotidienne de 100 personnes dans la deuxième quinzaine d’août, avant de redescendre.

On peut donc s’attendre à une montée des tensions pendant encore deux semaines, avant que la décrue hospitalière ne s’amorce.

Politiquement, pour le gouvernement, la situation devrait donc se révéler assez compliquée. L’urgence proclamée autour de cette 4è vague devrait faire « pschitt », et la pédagogie autour de la vaccination obligatoire qui est dans les tuyaux risque de devenir bien compliquée, comme nous l’annoncions là encore ces derniers jours.

Le débat monte sur la toxicité et les échecs vaccinaux

Les semaines qui viennent devraient être d’autant plus compliquées dans l’opinion que la question des effets secondaires des vaccins, et des bénéfices qu’ils apportent, commence à saturer le débat public. La direction générale de la Santé commence à manifester des signes de fébrilité sur les « échecs vaccinaux graves » en demandant aux médecins de signaler les cas…

Tout indique que les semaines qui viennent devraient mettre au jour ces « échecs vaccinaux » et souligner la légèreté avec laquelle le gouvernement s’est engagé dans une campagne sanitaire au mépris du principe de précaution.

Pourquoi le passe sanitaire sera le Stalingrad de Macron

Macron rêvait d’une campagne éclair pour imposer le passe sanitaire. C’était son Barbarossa à lui, destiné à “booster” sa campagne électorale. Mais, comme je l’avais évoqué dans les vidéos précédentes, le principe de réalité s’impose, et le gouvernement devrait rapidement s’embourber dans un dossier mal ficelé, mal préparé, et fondé sur une sous-estimation criante du rapport de force dans la société. (Vidéo ci-dessus)

Le courrier des stratèges


Que pensez-vous de cet article ? Donnez votre avis en commentaire et partagez sur vos réseaux sociaux préférés... Une aide financière est toujours appréciée. Merci à vous !






Elishean TV © elishean/2009-2021

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *