Kikanago : la résistance amérindienne

Cette histoire inédite raconte la résistance de familles amérindiennes qui ont défié l’Église et le gouvernement.

Marie-Jeanne, William et Grégoire, devenus adultes, nous disent comment leurs parents les ont protégés des pensionnats où tant d’enfants ont subi des sévices divers. L’histoire se passe à Val-d’Or et sur la Côte-Nord, mais aussi en Saskatchewan. Enquête a pu assister aux retrouvailles, soixante ans plus tard, entre Lyndia et la Famille Goodwin qui l’a protégée des pensionnats autochtones.

Les choses ont-elles vraiment changé?

Le philosophe français Jean-Paul Sartre disait : « L’enfer, c’est les autres ». Contre tout espoir, il semble que cela n’a jamais été aussi vrai qu’aujourd’hui dans un Québec où les commentaires racistes et les comportements intolérants font tristement la manchette.


Il y a quelques temps, des Inuit ont été victimes de commentaires racistes dans le métro de Montréal. Ils se sont fait invectiver, on leur a dit de rentrer chez eux… en Chine.

Ok. Les Inuit sont présents sur le territoire depuis grosso modo 12 000 ans. Difficile d’être plus « de souche » que cela!

Quant aux Canadiens d’origine chinoise, ils ne méritent pas non plus ces commentaires désobligeants. Souvenons-nous que certaines familles chinoises sont au Canada depuis 4 ou 5 générations. Leurs ancêtres, arrivés pour participer à la construction des chemins de fer, ont été des constructeurs de ce pays au même titre que les colons portant la chemise à carreaux en flanelle.

Il semble qu’on pourrait imaginer une vision plus inclusive de la part d’une population qui est majoritairement issue des mouvements de colonisation et de l’immigration.

Les ancêtres autochtones ont accepté la présence des étrangers sur le territoire dans un esprit d’ouverture et de partage. Ils ont aidé les nouveaux venus à s’intégrer et ont développé des partenariats avec eux. Ces nouveaux venus se sont installés, enracinés et identifiés à la terre. Puis d’autres étrangers sont venus et d’autres encore continueront de venir.

Tout cela s’est passé et se passe sous le regard des peuples autochtones qui, après avoir été victimes de maladies et trahis par les autorités coloniales, auraient bien des raisons d’avoir un discours d’exclusion. Or, ce n’est pas le cas. Ce qu’ils attendent c’est la reconnaissance de leur identité, de leurs droits et de leurs territoires.


Que pensez-vous de cet article ? Donnez votre avis en commentaire et partagez sur vos réseaux sociaux préférés... Une aide financière est toujours appréciée. Merci à vous !






Elishean TV © elishean/2009-2021


Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *