Zoom Arrière très spécial ce soir où Denis Robert revient sur une semaine agitée à Blast où les deux enquêteurs auteurs des révélations qataris, Bernard Nicolas et Thierry Gadault, ont été convoqués au TGI de Paris pour s’expliquer, en compagnie du boss de Blast, sur leurs révélations à propos de la corruption endémique orchestrée par les maîtres de Doha.

Mondial de football, guerre en Libye, rôle de BHL ou de Jean Marie Le Guen, financement du terrorisme, intrusion en Israël et en Syrie : une douzaine de documents ont été remis aux magistrats parisiens qui vont maintenant investiguer officiellement sur les découvertes de Blast.

L’ancien président de « Médecin Sans frontières » Ronny Braumann, les accompagnent dans un débat informé et passionnant où le point d’orgue pourrait être ces codes barre imprimés sur les lettres de créance qataries qui sont inimitables. Vous comprendrez mieux en suivant le débat lancé par Denis Robert :

« Depuis six mois, avec une régularité de quasi-métronome, nous vous alertons sur la corruption massive et active de ce pays de 2 millions 880 000 habitants plus petit que deux départements français, comme la Moselle et la Meuse réunie. Comment cette monarchie absolue en une quinzaine d’années a pu à ce point faire de la France son mercenaire ? Et son débiteur ? Cette histoire reste mystérieuse et à écrire. Mais comme l’explique Ronny Braumann, nous nous posons la question du commencement. Comment cette folie financière, cette absence de justice, ces morts – je pense aux 6500 victimes des délires qataris pour construire des stades en plein désert et au dizaines de milliers de morts libyens ont-t-elles pu advenir ?

Depuis six mois, nous avons pu apporter des éléments de réponse.
Par la corruption.

Une valise par ci. Un virement par là. Un pourboire pour finir. Tout passait par le Trésor qatari qui recevait ses ordres du ministre de l’économie qui les recevait de l’émir. Nasser El Khelaifi le boss du PSG a servi souvent d’intermédiaire. Allez sur notre site. Voyez nos documents. Interrogez-vous sur ces codes barre. Comment aurions-nous pu les inventer ? Cela peut paraitre un détail pour vous, mais ces codes barre reproduits sur les documents et qui servaient au paiement et aux virements sont un élément de preuve indiscutable.
La répétition et notre victoire judiciaire contre BHL qui nous accusait d’usage de faux grossiers, font foi.

Nous sommes dans le juste. (…) Il n’y a aucune justification sportive, géographique, humaine à faire cette coupe du monde en hiver par 50 degrés à l’ombre. Il n’y a eu aucun bain de sang à Benghazi comme à Tripoli. (…) Le Qatar a toujours été aux premières loges. Et la France jamais loin. »


Que pensez-vous de cet article ? Donnez votre avis en commentaire et partagez sur vos réseaux sociaux préférés... Une aide financière est toujours appréciée. Merci à vous !






Elishean TV © elishean/2009-2021

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *