Le 3 octobre 2022, Emmanuel Macron a confectionné un tweet dans lequel il nous donnait « rendez-vous » dès « maintenant » sur le site du Conseil national de la refondation, pour « apporter nos idées » sur l’ »écologie », l’ »école », la « santé », la « démographie » et le « travail ».

L’objectif, expliquait-il, est que nous » bâtissions ensemble l’avenir de la France ». Il souhaite que nous partagions avec le gouvernement, dont nous sommes priés de croire qu’il en tiendra compte, nos « idées de changement ». Naturellement : nous savons que cette proposition est une plaisanterie –
encore une.

Nous pouvons bien sûr exiger qu’il renonce à sa réforme des retraites. Mais le chef de l’État lui-même a menacé de dissoudre l’Assemblée nationale s’il se heurtait à une trop forte opposition parlementaire. Parce que bon, c’est bien de promettre que « le citoyen » ne sera plus jamais « quelqu’un à qui on va imposer des décisions » ou « des solutions », mais c’est encore mieux de le prévenir que s’il se montre trop indocile, on les lui imposera quand même.



« E. Macron : le mensonge permanent », nouvel épisode de Quelle époque formidable, la chronique politique hebdomadaire de Sebastien Fontenelle, pour Blast !


Que pensez-vous de cet article ? Donnez votre avis en commentaire et partagez sur vos réseaux sociaux préférés... Une aide financière sera grandement appréciée. Merci à vous !



(Visited 26 times, 1 visits today)


Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *